vendredi 16 juillet 2021

" Croquis, ébauches, esquisses ", dernier livre de Dominique Picard ( juillet 2021 )

- 90 pages, 14 euros -

Des croquis d'artistes et d'écrivains: Léo Delarue, Pierre Bergounioux, Bénédicte Hubert Darbois,

Jean-Yves Pennec, Hélène Launois, Michel Dugué, Claude Briand-Picard, Loly Darcel, Dominiqur De Beir.

Des esquisses, un journal de voyage et des textes courts: Malagar, Barcelonne, des îles, un autoportrait...

Dominique Picard continue d'interroger sa curiosité de la peinture et de la musique.

 


lundi 17 mai 2021

 Récit de Dominique Picard


Ce n’est pas seulement de fin de vie dont il est ici question mais aussi du quotidien de celles (ce sont en effet la plupart du temps des femmes) qui accompagnent les personnes âgées dans leurs derniers mois, dernières semaines, derniers jours. Pendant vingt ans, de 1988 à 2008, Dominique Picard a dirigé à Paris une association venant en aide à ceux qui, malgré le grand âge, souhaitent terminer leur vie (ou tout au moins rester le plus longtemps possible) chez eux. Elle évoque les différents obstacles qu’il faut surmonter pour que cela se passe au mieux et met en lumière le travail invisible, ingrat, harassant et déstabilisant des intervenants à domicile.

« Ces appartements vétustes sentent la pharmacie et la poussière, de grands salons, mais des cuisines et des salles de bain exiguës, des équipements fissurés, qui favorisent des écoulements. Des fauteuils et des divans, on voit les péniches sur la Seine, la Tour Eiffel ou le dôme de l’Hôtel des Invalides. »

Il y a l’ancien juge, la photographe, le conseiller d’état, l’antiquaire, le retraité de Gaz de France, le peintre, la morphinomane, celle qui fut miss Allier, celui qui connaissait Jean Guitton, bien d’autres qui égrènent quelques souvenirs de leur vie d’antan ou qui ne s’en rappellent tout simplement plus. Il y a les doux, les odieux, les racistes, les amoureux, les irascibles, les élégants raffinés, les petits bourgeois autoritaires et près d’eux, dans leur appartement de gens plutôt aisés, les salariés de l’association qui passent des heures, jour et nuit, au chevet de ces êtres en bout de course.

« J’explique le métier, les aides à domicile, des femmes, près de deux cents maintenant venues d’Afrique : Cameroun, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Togo, Maroc, Algérie, Tunisie mais aussi de Colombie, d’Iran, du Liban, de Roumanie, de Pologne, plusieurs, parfois, chez une même personne, la guerre entre elles quand la mort est là avec les esprits mal intentionnés qui viennent perturber les vivants, et les sorts. Dans mon bureau, on raconte ces dieux qui font souffrir, on pleure, j’écoute. Les décès, sept, huit, tous les mois. »

Outre l’immersion au sein de l’association, l’organisation mise en place, l’appui psychologique, l’investissement humain que nécessite ce travail de l’ombre et les frottements des différentes cultures – qui appréhendent la mort différemment –, la force du livre de Dominique Picard réside dans la parole donnée aux femmes qui assistent ces vieilles personnes, les voyant s’’étioler, s’éteindre et les accompagnant jusqu’au bout.

Kayi
« Même si ce n’est pas la même culture, ni la même langue, on parle le même langage humain. On ne voit pas la couleur des yeux ni celle de la peau, on ressent. »

Nadia
« L’accompagnement, c’est une qualité de présence, ce qui fait la différence. On travaille dans une dynamique de mort mentale, ça devient une politique de récession, donc de mort. Il faut faire connaître notre métier et qu’il soit mieux payé. »

Jasmine
« Je ne fais plus cas au racisme, j’ai dépassé ce stade. J’aimais ses sourires qu’il me donnait sans se forcer. Il disait "nègre" et à Bichat, il n’a eu que ça. »

Sadia
« Les bourgeois, ils n’ont pas d’affection, ils n’ont pas le temps. »

Nicole
« Je l’aide et elle me répare. »

Asmaa
« La mort on y va tous, c’est comme un chat qu’on caresse, il faut l’apprivoiser. »

Ces dizaines de témoignages, qui croisent le fil narratif adopté par Dominique Picard, – à travers lequel elle donne du mouvement, de la vie et parfois même de la légèreté à un sujet pour le moins délicat – ouvrent de précieux espaces à la réflexion. On entre, concrètement, dans un monde peu connu en suivant celles et ceux qui nous parlent avec simplicité de leur travail près de ces êtres arrivés au soir de leur vie.


Dominique Picard, L’air du soir, éditions Le bel été.

Jacques Josse

9 avril 2021

 

 

 

 

vendredi 19 février 2021

L’air du soir


Vendredi 19 février 2021

 Dernier livre de Dominique Picard : «  L’air du soir « , 115 pages, 14 euros.



A Paris, de 1988 à 2008, Dominique Picard dirige une association d'aide aux personnes âgées. 

Dans L'air du soir, elle décrit sa quotidienneté et recueille la parole des intervenants à domicile.



Chère Dominique,

Ton livre est poignant, et pourtant, à te lire, malgré le sujet pas facile, je l’ai trouvé très agréable et plein de vie.

Le montage des témoignages à côté du récit donne une respiration et une légèreté à cette succession de vies qui n’arrêtent pas de s’éteindre.

C’est un livre poignant par l’envergure que révèle le travail des intervenants à domicile face à ces personnes qu’ils aident à vivre leurs derniers moments. Ce qu’ils disent est simple, de vérité et de profondeur. En face, le récit est sans pathos ni fioritures, juste des essentiels de couleur agréables à suivre et captivants. Je l’avoue il m’a aussi un peu remué.

Un témoignage d’humanité, car la magie dans tout ce que ton livre raconte c’est qu’il y a dans L’air du soir, plein de relations, de rencontres et d’amour.

Bernard Cousinier

Artiste-plasticien


jeudi 30 avril 2020

Vendredi 1 mai 2020
Dernière parution de Dominique Picard: La place des halles, 115 pages.
Prix: 14 euros + 3 euros ( frais de port )
A commander par mail: lebelete18@gmail.com


"C'est un beau livre. Un procédé narratif intéressant: revenir sur un même évènement depuis un autre point de vue. Rejouer les scènes. Revenir sur les mêmes scènes sans cesse. La vie dans sa tragi-comédie ordinaire. Et aussi des personnages très attachants et magnifiquement campés."
Olivier Delavallade


Article de Alain-Gabriel Monot publié dans la revue Armen, juillet-Août 2020


dimanche 27 octobre 2019

Garde forestier

Dimanche 27 octobre 2019
Dernière parution de Dominique Picard: GARDE FORESTIER ( octobre 2019)
Avec deux photographies d’Yvan Bertali.

L’auteure rencontre un garde forestier et prend des chemins de traverse. Elle s’autorise l’ellipse
, pratique le monologue intérieur et propose au lecteur de laisser libre cours à son imagination.

35 pages, 10 euros+ port 1,76 euros
A commander par mail : lebelete18@gmail.com